Sélectionner une page

Mireille HILZHEBER

 

Je suis née en Lorraine où j’ai passé mon enfance, mon adolescence et une grande partie de ma vie d’adulte.

Je suis arrivée en 1999 à Rueil-Malmaison (région parisienne) avec mon mari et mes deux enfants où je suis aujourd’hui directrice d’une structure petite enfance.

Mon plus lointain souvenir de rencontre avec le livre est son odeur de cuir chez mes parents, dans la bibliothèque qui faisait la fierté de mon père. Avant même que je sache lire et écrire, il m’avait transmis l’amour du livre.

Pour moi, de la lecture à l’écriture, il n’y avait qu’un pas que j’ai franchi naturellement au fil du temps.

Les mots se sont alors posés sur le papier, donnant à mes sentiments et émotions leur plus belle expression.

C’est ainsi que j’ai mûri mon écriture au cours des années, sans savoir vraiment ce que j’en ferai. C’était juste une nécessité pour moi.

Mes rencontres avec la plume de Fred Vargas, Jeffery Deaver, Harlan Coben, m’ont alors ouvert les portes d’un genre de littérature que je connaissais peu, le thriller.

Du thriller au fantastique, il n’y avait pour moi plus de doute, c’est ainsi que j’ai commencé à écrire mes nouvelles.

Puis un jour il m’est apparu comme une évidence de partager mes écrits restés longtemps à l’ombre dans un tiroir.

C’est ainsi que j’ai présenté ma nouvelle «  La rencontre » au tournoi «  Ecriture d’Azur ». Il s’agit de ma première édition.

Pour mon grand plaisir j’écris aussi des textes de chansons pour de jeunes interprètes et j’ai proposé mes services d’écrivain public pendant trois ans.

 

http://www.laplumeauboutdeslevres.net/

LA RENCONTRE

 

Extrait

 

Je suis assise à une table un peu plus loin, je peux le voir sans être vue.

Il me semble calme. Elle n’est pas encore arrivée mais je sais qu’il l’attend.

 

Tout est prêt, il a à nouveau sorti le grand jeu ; table retirée dans un petit coin de la salle, champagne au frais dans le seau.

Le cadre intimiste de ce restaurant select saura la séduire. Il le sait.

Un regard furtif à sa montre laisse à penser qu’il commence à s’impatienter. Une lueur d’espoir me traverse l’esprit ; peut-être ne viendra-t-elle pas, la peur de l’inconnu a peut-être été plus forte que l’excitation de la première rencontre ; car c’est bien un premier rendez-vous, je le reconnais bien.

Il a sorti le foulard de soie rouge, signe de reconnaissance et malgré son calme et son assurance apparents, je sais qu’il doute. Un nouveau coup d’œil à son poignet trahit son impatience.

© Nouvelles Magazine
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google Plus