Sélectionner une page

Biographie

Xavier Béraud est un musicien, chef de chœur né en 1976 à Lyon. Il commence un cursus en histoire de l’art avant d’entrer au conservatoire pour étudier le chant lyrique. En 2000, il emménage à Paris où il continuera sa formation à l’académie du gospel et dans une école de Jazz. Passionné par l’écriture, il participe depuis deux ans à l’atelier « Mot à Mot » animé par la romancière Joëlle Guillais. Cette expérience lui permet de polir son univers littéraire qui folâtre, entre autres, avec l’humour et le burlesque. Il travaille aujourd’hui sur l’écriture de plusieurs recueils de nouvelles dont un projet de chroniques autour des rois de France.

 

 

Xavier Béraud

La femme est un loup pour l’homme (Hyperbole)

Téléchargez Nouvelles Magazine pour avoir le texte complet

Ce jour-là, l’orage du siècle sévit. Ma femme le brava corps et âme, se précipitant sous le déluge, affrontant la tornade, luttant avec acharnement contre les éléments effrénés. Elle était cent et cent fois plus terrorisée à l’idée de trouver le cimetière fermé à double tour, que de ne pas m’y trouver moi-même. Pourtant, je reposais inéluctablement dans ma niche minuscule, flanqué à jamais dans le mur au million de défunts. Plus vite que son ombre, elle escalada l’allée centrale, foulant la cascade de feuilles mortes pour tenter de rejoindre le columbarium. Il lui fallut déployer un effort surhumain pour y parvenir. À cet instant précis, si le ciel m’avait octroyé l’immense plaisir d’être encore vivant, un insoutenable frisson m’aurait foudroyé sur le champ, tant j’étais encore éperdument amoureux d’elle.

Elle arriva devant le mur, trempée jusqu’aux os, mais la plus heureuse des femmes. Dans ses yeux de déesse, je lus de la pitié, la désolation de me voir paralyser ici pour l’éternité, alors que j’étais si jeune et sans doute l’écrivain le plus talentueux de cette dernière décennie. Ce regard fut un supplice pour moi, car je me sentais si merveilleusement bien derrière ma lucarne. Mon au-delà était un lit de ouate. Mon au-delà était délicieusement doux. Mon au-delà était un repos salvateur plus que mérité. Quant à ma femme, son sourire d’ange attestait l’amour indéfectible qu’elle me portait du plus profond de son être. Si délicieuse, si innocente, si candide, elle avait déjà oublié la guillotine sèche que je lui avais misérablement réservée en périssant dans les bras d’une autre.

Elle s’approcha timidement de mon écrin à cendres, puis délogea pléthore de chats de sa gorge, tant l’émotion la ravageait. Sa voix survint alors fluide, aussi limpide que le cristal.

« Tu peux être le plus fier de tous les hommes. Ta dernière nouvelle va être publiée chez le plus grand éditeur jamais connu jusqu’ici. Cependant, je mettrais ma main à couper que tu ne m’en as jamais parlé. Et je ne te cache pas avoir été anéantie par la manière dont je l’ai trouvée. Elle était en pièce jointe, dans l’un des mails dithyrambiques envoyés à ta sirène machiavélique, celle avec laquelle tu atteignais le nirvana chaque jeudi soir. Quelle plume déliée ! L’apothéose de la prose ! »

Cette révélation catastrophique fut pour moi comme le jugement dernier. Ma femme connaissait maintenant

Téléchargez Nouvelles Magazine pour avoir le texte complet

 

 

 

© Nouvelles Magazine
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Google Plus